Du stress au burn out

Du stress au burn out

L’homme a toujours été stressé. Depuis qu’il existe, il a toujours dû lutter pour survivre. Il a dû s’adapter aux conditions climatiques, au manque de nourriture, aux bêtes sauvages, aux infections et à la défense de son territoire.

Toute sa physiologie s’est élaborée depuis la nuit des temps, pour lui permettre de se reproduire et de survivre dans les meilleures conditions.

Les progrès de la médecine et de l’industrie devaient nous promettre un monde meilleur. Les femmes n’avaient plus besoin d’exécuter ces lourdes taches comme aller chercher l’eau dans les rivières, couper les brindilles pour faire le feu, cueillir la nourriture qui était parfois loin du lieu de vie, dépecer les animaux, laver à la main les peaux de bêtes et les vêtements etc.

L’homme ne devait plus partir au petit matin pour chasser le gibier, souvent rare et peu domestiqué, bravant les tempêtes et le climat capricieux, avec pour seul véhicule ses jambes puis les chevaux.

 

paleolithique

 

 

Quel progrès aujourd’hui ?

 

Nous avons juste à pousser un caddie pour aller chercher notre nourriture, nous avons le chauffage et la climatisation quand il fait trop chaud, nous avons des vêtements pour toutes les saisons, nous avons pour la plupart d’entre nous une voiture et nous avons surtout l’eau courante qui nous permet une meilleure hygiène. Bref, pour l’homme du paléolithique, nous vivons comme des rois.

Et pourtant. Nous n’avons jamais été autant stressés.

Dans les pays industriels, nous ne mourons quasiment plus d’infections, mais de plus en plus de maladies auto immunes quand on ne s’est pas suicidé !

Nous avons généré des polluants et des toxiques auxquels notre corps n’était pas préparé.

Parmi ces toxiques, le stress chronique est un des principaux moteurs de maladies.

 

Qu’est-ce que le stress ?

 

Ce mot vient du latin « stringere » qui veut dire serré. Il survient lors d’un changement brutal provoquant des altérations psychiques ou physiques chez une personne équilibrée. Nous avons chacun notre manière de réagir à un stress temporaire ou chronique. Pour nous adapter notre corps va mettre en place des réactions hormonales, organiques, métaboliques et physiques pour réagir à ces agressions.

 

femme stress

 

 

Quelles sont les principales causes du stress ?

 

Qui n’a pas été soumis dans sa vie à une séparation, un deuil, un divorce, ou un stress continu au travail, en passant des examens ou des concours par exemple ? À ces circonstances parfois exceptionnelles se rajoutent les pollutions environnementales (plomb dans l’air, métaux lourds, toxiques environnementaux, pesticides, perturbateurs endocriniens, eaux chlorées, antibiotiques, médicaments, alcool, tabac etc.), Les stress climatiques avec les périodes de canicule ou de grand froid, le bruit, et bien sûr toutes les mauvaises habitudes alimentaires dues à notre vie moderne.

 

Le stress, comment ça marche ?

 

Dans le cas d’un stress aigu, vous avez 2 possibilités : fuir ou combattre. Votre fréquence cardiaque augmente avec votre tension et votre température corporelle et votre catécholamine monte ainsi que votre adrénaline. Cela permet une meilleure oxygénation de votre cœur et de votre cerveau pour pouvoir éviter le danger.

Si le stress ou l’agression persiste, on observe une sécrétion accrue de glucocorticoïdes contrôlés par des récepteurs du système nerveux central. Pour résister, votre corps va mobiliser des micro nutriments, surtout du magnésium, et va impliquer fortement vos neurotransmetteurs.

Si votre stress devient chronique, ce qui est le cas de beaucoup d’entre nous aujourd’hui, votre cortisol, votre dopamine et votre magnésium vont baisser, entraînant des altérations des systèmes digestifs, nerveux, cardio-vasculaires, et immunitaires. Votre fatigue et votre anxiété vont augmenter entraînant peut-être une dépression, des troubles du sommeil et si le stress ne s’arrête pas, vous pouvez arriver à une phase d’épuisement dit de burn out.

 

Comment se protéger ?

 

Bien entendu l’exercice physique est un des premiers éléments à mettre en place car il permet une meilleure oxygénation des tissus et une baisse des stress physiques et psychologiques. Mais quand on est fatigué, je sais que c’est compliqué à mettre en œuvre.

 

fitness et sport

 

Manger utile

 

Plus que jamais, vous devrez manger des aliments riches en antioxydants, en polyphénols et en vitamines du groupe B. Hélas, aujourd’hui, pour couvrir nos besoins nous devrions manger une trop grande quantité d’aliments pour atteindre les quotas dont notre corps a besoin.

C’est pourquoi, dans ces phases de stress, je conseille de se supplémenter avec des bons compléments alimentaires.

 

Vive le chocolat ! Le cacao contient des composés naturels neuro protecteurs et anxiolytiques. Cependant ce cacao ne doit pas être torréfié pour que les flavonoïdes qu’il contient soient efficaces. Vous le prendrez donc cru, issu de graines fermentées et séchées au soleil. Aujourd’hui on en trouve facilement dans les coopératives bio. De plus le cacao est riche en magnésium.

 

Vive les noix, les oignons, les pommes, les brocolis et toute forme de baies car elles sont riches en quercétine, connue pour ses propriétés antioxydantes et anti inflammatoires. Elle serait même également dotée de propriétés anxiolytiques.

 

Vive le poisson, surtout le maquereau, le crabe et le saumon du Pacifique ou d’élevage bio car ils contiennent de la taurine qui est un acide aminé contenant du soufre, très important en cas de stress. Les adultes sont capables de synthétiser la taurine à partir de 2 acides aminés essentiels comme la méthionine et la cystéine. La taurine est un stabilisant membranaire et améliore l’incorporation intracellulaire du magnésium. Les cellules sont moins excitées, le taux de catécholamine* est modulée et la quantité d’adrénaline est réduite. Elle nous permet donc de mieux gérer notre stress.

 

Les vitamines du groupe B sont déterminantes contre les effets du stress. Des études ont démontré que des déficits en vitamine B6, B9 et B12 entraînait une plus grande fréquence de dépression et d’anxiété. Ce sont des vitamines essentielles qui participent aux réactions de synthèse des neuromédiateurs, elles agissent, comme le magnésium, comme cofacteur de réactions métaboliques qui produisent de l’énergie.

 

Les aliments les plus riches en vitamines du groupe B sont les foies d’animaux qui doivent impérativement être biologiques, la viande de porc, la volaille mais aussi les poissons bleus comme les sardines le saumon, thon, le maquereau, le jaune d’œuf coulant et pour ceux qui ne sont pas intolérants au gluten la levure de bière.

Les aliments d’origine végétale en contiennent un petit peu moins mais on en trouve dans les fruits secs, les pois chiches, les pommes de terre, l’avocat, l’ail et le champignon Shitaké.

Ces vitamines sont sensibles à la chaleur c’est la raison pour laquelle on vous invitera à les cuire à la vapeur douce dans le Vitaliseur.

 

Faut-il se supplémenter ?

 

Pour ma part, je dirais oui.

Personnellement, je prends le magnésium de chez Bionutrics (Nutrimag) accompagné de vitamines du groupe B (B nutrics)  et D (D Dyn 2000). Il y a également de bons produits comme physiomance Relax de chez Therascience.

 

Marion Kaplan

 

www.bionutrics.fr

www.therascience.com

 

*Une catécholamine est une substance chimique de l’organisme appartenant aux neurotransmetteurs fabriqués par les neurones (cellules nerveuses), qui permet le passage de l’influx nerveux entre les neurones, et d’autres cellules.

 

Je partage cette information avec mes amis

Loading Facebook Comments ...

Laisser un commentaire

Dans la même catégorie