Comment vieillir en bonne santé ?

Comment vieillir en bonne santé ?

« Mourir cela n’est rien
Mourir la belle affaire
Mais vieillir…
Ô vieillir »

– Jacques Brel –

 

J’ai appris comme vous tous cette semaine, la mort de Jean d’Ormesson.

La mort d’un immortel pour Jean d’Ormesson nous dit-on. Il représentait la culture, la joie de vivre, la curiosité, l’éthique et j’en passe. Sa vitalité tout au long de sa vie en a étonné plus d’un et cela m’a donné envie de partager avec vous des réflexions sur le vieillissement et peut-être des solutions pour ajouter de la vie aux années et non des années à la vie.

Tout homme souhaite vivre longtemps mais aucun ne veut vieillir. »

- Jonathan Swift- (1667 – 1745)

ormesson

Tout organisme vivant doit mourir. C’est un processus naturel de la vie. La mort est nécessaire à la vie autant dans notre communauté d’humains que dans notre communauté de cellules. La mort cellulaire est appelée apoptose et elle fait partie du processus de la vie. Une cellule qui ne mourrait plus, se multiplierait et deviendrait une tumeur cancéreuse.

Pour l’évolution, la survie et la pérennité de l’espèce, se reproduire est l’acte le plus important de notre vie. Tout est mis en œuvre pour passer de l’ADN. Hélas, nous sommes programmés pour être au top jusqu’à l’âge de 26 ans et après nous commençons à vieillir et à être plus fragile car l’évolution n’a plus besoin de nous. Charmant… La maturité sexuelle arrivant vers l’âge de 13 ans, + 13 ans d’éducation, cela fait 26 ans. Ensuite pour l’espèce on est inutile. Cela fait réfléchir …

En 1994 Miller nous définit le vieillissement comme un processus qui transforme des individus jeunes et en bonne santé, en individus fragiles avec une baisse des réserves de la plupart des systèmes physiologiques et avec une vulnérabilité aux maladies et à la mort, qui augmente de façon exponentielle.

Vieillir est donc un processus naturel qui touche tous les organismes vivants. Nous sommes tous d’accord sur le fait que nous allons tous mourir.

Mais vieillir, s’amoindrir progressivement, cela fait peur à tout le monde.

Qui n’est pas revenu d’une visite chez une grand-mère ou une connaissance, impotente sur son fauteuil roulant, l’œil vague, en train de décrépir dans un mouroir nauséabond, vous reconnaissant à peine et qui ne s’est pas dit: » ça, il n’en est pas question pour moi, je préfère qu’on me pique. »!.. En tout cas c’est ce que je pense.

miroir vie

Aujourd’hui nous sommes allés contre ce programme d’évolution en nous extrayant de l’équilibre naturel et en coupant les liens par rapport aux autres formes vivantes. N’oublions pas que nous ne sommes pas séparés de la nature. Nous faisons partie intégrante de cette nature. Aujourd’hui l’homme a multiplié par 4 son espérance de vie en maîtrisant son environnement. Il n’est plus mangé par les animaux et il mange à sa faim dans les pays développés. Pourtant, nous vivons moins longtemps en bonne santé. Passé 60 ans le pourcentage de personnes valides et en bonne santé diminue de façon exponentielle. Les aliments raffinés, les pesticides, les aliments ultra transformés, l’appauvrissement des sols, entraînent des maladies chroniques quand ce n’est pas la mort dans de terribles souffrances…

Toute notre vie dépend de la vie des sols. C’est dans les 10 prochaines années que l’on va voir les conséquences de la mondialisation des pesticides, de la destruction des sols, du non-respect du lien qui nourrit tous les organismes vivants, du fait de manger des aliments morts, déstructurés et dévitalisés. N’oublions pas que toute notre vie dépend de la vie microscopique qui est dans les sols! À partir du moment où on empoisonne la vie de la terre pour des questions de rentabilité et de marché, on génère des plantes malades, des animaux malades, qui vont occasionner des pathologies à ceux qui les mangent. Mais comme ce sont des processus lents, et que cela ne nous tue pas tout de suite, les générations passent, s’affaiblissent et le constat aujourd’hui c’est que nos jeunes vivront moins longtemps que nous.

 

Une chose est certaine, vieillir c’est rouiller, caraméliser et se déshydrater.

L’environnement peut accélérer le processus à travers l’excès de tabac, de soleil, de la consommation de Malbouffe et la vie stressée dans un environnement pollué que ce soit dans l’air ou dans l’assiette.

 

Mourir insignifiant
Au fond d’une tisane
Entre un médicament
Et un fruit qui se fane

- Jacques Brel –

 

Est-ce cela que vous voulez ?

 

Pourtant, je crois sincèrement et concrètement qu’on peut vieillir en bonne santé et mourir en s’éteignant tout simplement comme une bougie dans son lit. Mais cela va requérir des efforts. Cela va nous demander de nous respecter, de choisir une alimentation biologique, de la cuisiner avec des cuissons respectueuses comme le Vitaliseur, de manger moins, de faire régulièrement de l’exercice, de prendre les bons compléments alimentaires dont nous avons besoin, de rester curieux et bienveillant, de faire du bien autour de nous, dans l’amour et le partage, d’être heureux et de rendre les gens heureux autour de nous. Bref toute une vie d’apprenti- sage.

vieilles mains

 

Mes règles de vie

 

Chaque matin, je prends un jus de citron dans lequel j’ajoute un peu de soufre organique* avec un peu d’eau chaude. J’attends un peu et je prends mon cocktail de vitamines :

vitamine C liposomale, de l’acide R alpha lipoïque (600 mg) du magnésium avec ses cofacteurs, Oméga3 à longue chaîne (huile de poissons), des vitamines du groupe B, du zinc et de la vitamine D.

J’attends environ 10 à 15 minutes et ensuite selon mes besoins et mes envies, je prends un petit déjeuner qui sera toujours différent. Parfois je ne mange pas et j’attends l’heure du déjeuner pour manger.

Au repas de midi je prends souvent une grosse assiette de légumes cuits à la vapeur et une partie crue, avec un poisson ou une viande blanche, arrosé d’ huile d’olive et d’un peu d’ huile Oméga3 et c’est tout. Jamais de desserts. Je prends parfois du chocolat noir vers 5 heures avec quelques noix. Mais si j’ai été sédentaire, je ne le fais pas.

Le soir, je peux me contenter l’hiver, d’une bonne soupe épaisse de légumes, agrémentée de beurre clarifié Bernard Gaborit avec un peu de fromage de chèvre. J’aime bien rajouter du konjac dans ma soupe, cela lui donne une petite consistance croquante.

L’été cela peut varier.

Simple non ? N’oubliez pas que des études ont démontré que si on donnait la moitié de sa ration quotidienne aux rats de laboratoire, on prolongeait de 50 % leur vie…

Je vous souhaite de merveilleuses fêtes de fin d’année sans abus des bonnes choses!

citrons

 

Marion Kaplan

 

Santé facile, Recettes paléo sans gluten, sans lait, sans soja aux éditions Jouvence

 

Soufre organique M SM www.apoticaria.com

Magnésium : Nutrimag www.Bionutrics.fr

Oméga3: Omenutrics www.bionutrics

vitamine C liposomale: www.vitamax.com

vitamine B: B nutrics www.bionutrics.fr

Acide R alpha lipoïque, il doit impérativement être sous forme R pour être bien métabolisé. De nombreuses marques en font et j’en ai testé plusieurs. Il n’y a pas de problème de surdosages.

Je partage cette information avec mes amis

Loading Facebook Comments ...

Laisser un commentaire

Dans la même catégorie