Les conséquences du sucre sur votre corps

Des conséquences à moyen et à long terme

Il faut savoir que les sucres qui font rapidement et brutalement monter la glycémie sont les plus dangereux pour votre organisme à moyen terme. Quant aux autres, consommés en quantités non conformes, elles entraîneront des conséquences à long terme. Voici quelques exemples de ce qui vous menace…

conséquences du sucre

L’obésité : en mangeant régulièrement et souvent les aliments contenant ces sucres, vous gorgez votre sang de glucose et faites monter votre glycémie. Vous sécrétez alors plus d’insuline, et les graisses qui se trouvaient dans les aliments en question migrent dans vos adipocytes (les cellules spécialisées dans leur stockage et qui forment le tissu adipeux). Durant ce processus, l’insuline informe votre foie de la situation, et celui-ci répond en reconditionnant une partie de ces acides gras en excès sous la forme de triglycérides, les principaux constituants très résistants des graisses animales, que les cellules auront beaucoup de mal à brûler pour fabriquer de l’énergie. Plus ou moins vite suivant votre métabolisme, votre organisme devra donc créer de nouveaux adipocytes pour accueillir les graisses en surplus. Oh ! les vilains bourrelets…

Pour éviter ce mécanisme, il faudrait laisser assez de temps entre deux repas afin que le taux d’insuline puisse baisser et le processus de libération des graisses se relancer. Et éviter de consommer trop vite n’importe quel aliment contenant ces sucres, c’est-à-dire tous ceux, salés ou sucrés, dans lesquels il y a des céréales raffinées ou des pommes de terre, et toutes les boissons sucrées et les bières du commerce.

 

Le diabète : le sucre ne provoque pas le diabète (de type 1 ou 2) mais il perturbe la glycémie, créant les conditions favorables à son apparition, puis à son aggravation. Dans notre monde gorgé de sucre, il n’est donc pas étonnant que les statistiques montrent une augmentation sensible du nombre de diabétiques dans le monde entier.

Lorsqu’on mange tous les jours des aliments à l’index glycémique élevé (tous les sodas et la bière industrielle, le pain blanc, les pâtisseries, les céréales sucrées, le riz précuit, les frites…), non seulement on épuise le pancréas qui doit fabriquer de plus en plus d’insuline mais on provoque une obésité abdominale qui est souvent le signe de l’apparition d’un diabète.

Or, la maladie diabétique, favorisée par la consommation de sucre, entraîne des désordres métaboliques très graves : entre autres le risque de perdre la vue, une altération du fonctionnement des reins et un affaiblissement du système cardio­vasculaire qui, eux-mêmes, engendreront des pathologies secondaires.

 

Les problèmes cognitifs : la consommation régulière d’aliments riches en fructose-glucose, ce qu’on appelle la malbouffe (tous les sodas, les friandises, les condiments, mais aussi les aliments pour bébé…), favorise l’apparition de troubles de l’apprentissage et de la mémorisation. Elle peut même provoquer des comportements agressifs. Or, cette alimentation industrielle trop sucrée et addictive s’est largement répandue, chez les jeunes en particulier, et c’est inquiétant pour l’avenir.

 

L’accélération du vieillissement : elle n’est pas seulement le fait d’une oxydation de nos molécules provoquée par les radicaux libres et couplée à la baisse de nos sécrétions hormonales. En fait, il semblerait que le sucre à lui tout seul soit encore plus « efficace » pour provoquer le vieillissement.

En effet, dans les conditions d’une hyperglycémie, une réaction appelée glycation peut se produire à l’intérieur de l’organisme : des sucres et des graisses qui entrent en contact avec des protéines du sang et des cellules provoquent la rigidité puis l’éclatement des protéines. Les déchets engendrés par la glycation sont impossibles à éliminer et ils s’accumulent dans votre organisme, là où ils ont été produits. Ils sont très nocifs et peuvent entraîner, entre autres, le développement d’un diabète, d’un vieillissement vasculaire, d’une insuffisance rénale, d’un rétrécissement des tissus cérébraux, d’une arthrose et même d’un cancer.

D’autre part, on a observé que le sucre sanguin en excès accélérait le vieillissement des cellules, que vous soyez diabétique ou non.

 

La fermentation intestinale : on parle (enfin !) de plus en plus du rôle de l’intestin dans le maintien d’une bonne santé et on a raison ! L’une des principales conséquences d’un intestin malade ou agressé est la fermentation de la flore qui entraîne une inflammation de la muqueuse. Or, c’est à travers la muqueuse intestinale qu’a lieu la transmission dans votre organisme des nutriments sans lesquels vous ne pouvez pas rester en bonne santé. Votre bien-être physique et psychique dépend entièrement de la qualité de votre muqueuse intestinale qui passe par celle de votre microbiote (flore).

Or, la plupart des perturbations de l’intestin (ballonnements, flatulences, douleurs, diarrhée, constipation et intolérances alimentaires) sont provoquées par certains sucres qui fermentent puis enflamment la muqueuse.

 

Attention, le sucre se cache partout ! Comment l’éviter ? Réponse dans cet article 

 

Marion KAPLAN.

Carnet de santé

  • Recevez notre gazette santé chaque semaine

  • 95 degres
  • 95° votre référence santé ! Tagliatelles de courgettes

  • Pub Vitaliseur
  • FacebookTwitterTumblrPinterest GooglePlusInstagram
  • Je partage cette information avec mes amis