L’inflammation de bas grade : quèsaco ?

L’inflammation de bas grade : quèsaco ?

Vous avez compris que l’inflammation était un processus naturel qui nous a permis de nous adapter depuis la nuit des temps. Cette inflammation doit permettre à notre organisme de mettre à distance les virus et les bactéries pathogènes, et de régénérer nos tissus après un traumatisme ou tout simplement après l’activité intense de notre digestion et de notre métabolisme. L’inflammation fait partie intégrante de notre système immunitaire.

Seulement, si cette inflammation devient permanente, elle passe du physiologique au chronique. C’est ce qu’on appelle l’inflammation de bas grade.

Ce qui est dangereux dans ce type d’inflammation, c’est qu’on ne s’en rend pas compte car on ne perçoit pas la douleur et son processus est totalement silencieux.

 

Notre organisme a toutes les possibilités de désactiver l’inflammation une fois qu’il a vaincu l’envahisseur ou que la blessure est cicatrisée. On dit que le système inflammatoire est fonctionnel.

Les soldats au service de l’inflammation silencieuse s’appellent les eicosanoïdes avec pour alliés les cytokines. Ce sont des hormones et des protéines qui contrôlent tout le processus inflammatoire en permettant aux cellules spécialisées de se mobiliser et de traverser les vaisseaux sanguins afin d’arriver sur le lieu de l’agression et détruire les barbares en les absorbant grâce aux cellules macrophages, et en réparant les tissus lésés.

 

Mesdames et Messieurs votre graisse abdominale et votre cellulite sont un vaste entrepôt contenant de puissants générateurs d’inflammation. En effet cet entrepôt séquestre des acides gras très inflammatoires, l’acide arachidonique plus communément appelé oméga 6, qui fabrique tous les écosanoïdes pro inflammatoires entraînant la production d’une cascade de cytokines inflammatoires.

Kousmine disait déjà il y a 70 ans, qu’il y avait les eicosanoïdes de paix et les eicosanoïdes de guerre.

En gros, ceux de la paix ce sont les dérivés des oméga 3, l’acide eicosapentaenoïque ou EPA,  et ceux de la guerre les dérivés des oméga 6, l’acide arachidonique.

 

KOUSHMINE, CATHERINE 1989

Comment j’ai détecté mon inflammation de bas grade ?

 

Manger bio et équilibré n’est pas suffisant. Nos aliments aujourd’hui ne peuvent plus couvrir les besoins de notre organisme !

Il y a trois ans j’ai fait un bilan complet avec toutes ces analyses qui sortent de l’ordinaire et qui hélas ne sont pas remboursées par la sécurité sociale. C’est bien dommage, car on éviterait la plupart des maladies comme le diabète, les maladies cardio-vasculaires voire les cancers et les maladies neuro dégénératives. Étant née par césarienne, élevée au lait de vache dans des biberons, et surtout ayant consommé des antibiotiques avant l’âge de trois ans, j’ai toujours eu un intestin extrêmement fragile et des ballonnements au moindre changement alimentaire et à la moindre émotion.

Quelle ne fut pas ma surprise quand je vis que je pouvais basculer dans l’insulino résistance, que je manquais d’oméga 3 EPA, de zinc, et que mon intestin était perméable, ça je m’en doutais ! Si je n’avais pas fait ses analyses, je pense que j’aurais pu basculer vers le diabète car je n’avais pas forcément conscience des dégâts que peuvent occasionner la consommation d’aliments riches en glucides comme le riz, les pommes de terre chaude, le maïs, les fruits comme le raisin, la pastèque, la mangue et bien sûr le chocolat que je consommais un peu trop. Tout comme vous je suis gourmande. Mais le fait de voir s’afficher ces analyses m’a suffisamment motivée à être plus stricte dans ma diète et à prendre des compléments alimentaires pour combler mes carences et lutter contre l’inflammation et régler mon terrain.

À propos de terrain, je vous ai expliqué comment on pouvait déterminer notre terrain génétique en faisant une recherche de notre haplotype HLA. On va l’appeler notre polymorphisme génétique. J’ai découvert que je pouvais être programmée à être diabétique et cœliaque. La bonne nouvelle c’est que, même si vous êtes prédisposés à ce type de maladie, vous pouvez très bien ne jamais les déclencher si vous observez une hygiène de vie comme je vous l’ai largement démontré dans mes divers ouvrages et surtout dans mon dernier livre Paléobiotique aux éditions Thierry Souccar.

 

inflammation bas grade

Voici les analyses conseillées

 

Le profil des acides gras érythrocitaires

 

C’est une analyse très approfondie de tous vos acides gras, y compris les trans, si toxiques. Ces acides gras sont d’une importance capitale pour le bon fonctionnement de votre corps. Ils ont de multiples fonctions car, outre leur aspect calorique, ils sont les constituants principaux de vos membranes biologiques, ils sont les précurseurs de médiateurs et des facteurs régulateurs de votre expression génique. Grâce à cette analyse vous pourrez connaître votre statut en acides gras et vous pourrez ainsi savoir si votre alimentation est équilibrée ou non et si votre métabolisme est altéré, ce qui peut être un des grands facteurs des maladies chroniques.

 

La CRP ultrasensible

Tout le monde devrait faire cette analyse qui permet de détecter l’inflammation systémique de bas grade à l’origine de la plupart des maladies chroniques comme je l’ai énoncé plus haut.

 

L’homocystéine

Encore une analyse qui vous permet de connaître votre état inflammatoire et surtout qui révèle si vous risquez de souffrir d’une pathologie vasculaire, de dépression et de cancers entre autres. En effet, chez le sujet sain cet acide aminé soufré se transforme en cystéine. En revanche, quand elle s’accumule, l’homocystéine est directement agressive pour la paroi vasculaire. Elle peut être due à des carences en vitamines B6, B9, B12 ou à des anomalies enzymatiques congénitales.

Le bon fonctionnement de l’homocystéine dépend du polymorphisme de l’individu et de la biodisponibilité, c’est-à-dire la capacité de métabolisation et d’absorption de plusieurs vitamines comme les vitamines B2, B6, B9 et B12.

Les indices HOMA et QUICKI

Permettent de mesurer à partir de votre sang votre glycémie ainsi que votre insulinémie. Ces indices permettent d’évaluer la résistance à l’insuline pour le HOMA et la sensibilité à cette hormone pour le QUICKI.

 

 

Le statut martial ou analyse complète du Fer

Analyser la ferritine n’est pas suffisant pour connaître nos réserves en fer et leur action dans l’organisme.

Le statut martial permet de doser la ferritine mais également la transferrine. Sa saturation permet d’évaluer la biodisponibilité du fer pour nos cellules.

Le fer est vital pour la production des globules rouges mais il assure également d’innombrables fonctions. Il contribue notamment au fonctionnement optimal des mitochondries, centrales énergétiques de chacune de nos cellules, et à la synthèse de nos neuromédiateurs.

 

La 8 hydroxy-guanosine ou 8-OHDG

Cette analyse permet de refléter (de manière indirecte) l’accumulation des lésions oxydatives de notre ADN. Son taux permet d’évaluer le stress oxydant (votre état de rouille).

Aujourd’hui, notre ADN est de plus en plus agressé par notre vie moderne : pollution, pesticides, perturbateurs endocriniens, malbouffe, tabac, alcool, drogues, médicaments, stress divers, auxquels viennent s’ajouter la pollution des ondes émises par la wi-fi, les téléphones portables, etc. le stress oxydant est considéré comme un indicateur de vieillissement et de risque de cancer.

 

Le Zinc

Je n’avais pas conscience de l’importance de ce petit oligo-élément que l’on trouve en quantité insuffisante dans notre alimentation à moins de manger des huîtres ou des bigorneaux plusieurs fois par semaine, car le zinc d’origine végétale est beaucoup moins absorbable.

C’est un métal fondamental pour la prolifération cellulaire comme celle de la peau et des muqueuses. Il a un rôle majeur dans le fonctionnement du système immunitaire. C’est un cofacteur de nos défenses anti oxydantes et de nombreuses enzymes.

Il joue également un rôle important au niveau du système nerveux. Sa déficience est associée à des troubles cognitifs et émotionnels, à de la fatigue, des maladies de peau qui peuvent dégénérer en cancer. Je vous développerai toute sa richesse dans une prochaine newsletter.

 

Le sélénium

Si vous mangez trois noix du Brésil par jour vous ne devriez pas être carencés. Sa mesure est néanmoins importante car il a un rôle clé dans nos mitochondries et c’est un cofacteur responsable de la conversion de l’hormone T4 en T3 si importante pour le bon fonctionnement de notre thyroïde.

 

La vitamine D

Son rôle va bien au-delà de la fixation du calcium dans notre squelette. Elle intervient dans l’activité de notre système immunitaire et possède des propriétés anti-inflammatoires et anti cancéreuses que l’on soit jeune ou vieux, nous sommes de plus en plus carencé en cette vitamine. Personnellement, vivant au soleil, je me croyais couverte et ne pensais pas souffrir de son insuffisance. Quelle ne fut pas ma surprise de constater que j’étais en dessous le 30 ng ! J’ai dû me supplémenter pour revenir à une norme physiologique. Je vous conseille d’en faire autant.

 

La vitamine A

On croit que manger des carottes ou des légumes riches en caroténoïdes suffit à couvrir nos besoins en cette précieuse vitamine. Vous serez peut-être étonnés de vos résultats et d’observer une carence. Son rôle est majeur. Elle est indispensable à l’activité de la vitamine D, des hormones thyroïdiennes et de l’activité biologique de certains acides gras. Elle agit comme antioxydant et permet de réguler notre expression génique. Sa carence ou son excès a des conséquences délétères sur le fonctionnement de notre organisme.

 

Les anticorps anti LDL oxydés

Nous avons besoin de cholestérol pour le bon fonctionnement de notre organisme, pour la fabrication de nos œstrogènes et pour la protection de notre cerveau. C’est le LDL oxydé qui est toxique et qui peut être impliqué dans l’initiation et la progression des lésions d’athérosclérose.

 

Les IgG dirigés contre la caséine, l’ovalbumine et le gluten

Si vous ne l’avez pas déjà fait, je vous conseille de faire cette analyse qui peut peut-être révéler une hypersensibilité aux œufs, aux produits laitiers ou au gluten et qui peut être source d’hyper perméabilité intestinale. Cette hypersensibilité peut conduire à différents troubles de type allergique et entraîner des maladies auto-immunes.

 

Vous me direz que cela fait bien des choses à étudier !

Pourtant, ce n’est pas si compliqué que ça.

Il vous suffit de faire un bilan d’investigation préventive appelé BIP de base.

Son coût total est de 215 € non remboursé par la sécurité sociale. Il vous suffit d’appeler le laboratoire et de leur demander un kit de prélèvement pour cet examen.

Ils vous enverront un boîtier avec des fioles très bien conditionnées. Il y a toutes les explications pour les prélèvements d’urine et de sang. Il vous suffit d’aller au laboratoire en bas de chez vous pour faire les prélèvements de sang dans les petites fioles et les envoyer le jour même au laboratoire.

 

Bien sûr, vous ne saurez pas lire les résultats. C’est la raison pour laquelle je vous invite à consulter un médecin formé à la médecine fonctionnelle et nutritionnelle. Vous pouvez demander de ma part à ce laboratoire, une liste de médecins formés dans votre région.

N’hésitez pas à me contacter si vous rencontrez un problème.

 

Laboratoire LIMS-MBNEXT

Tel : + 32 ( 0)10 870 970

http://www.lims-mbnext.be/

 

Marion Kaplan

Je partage cette information avec mes amis

Loading Facebook Comments ...

Laisser un commentaire

Dans la même catégorie