Manger paléo

Partager - Facebook Lien

Nous sommes passés en un siècle de 2 milliards d’hommes à 7 milliards. Cela a bouleversé nos modes de culture et d’élevage. Au début du siècle dernier, on ne se posait pas de questions par rapport à l’alimentation, tout était bio, puisque les pesticides n’existaient pas encore.. Aujourd’hui on a privilégié la monoculture, le maïs et le blé trônent dans les champs, le soja occupe de plus en plus de place et entraîne une vaste déforestation, alors la terre se rebelle elle produit des ravageurs qu’on soigne à coups d’insecticides, de pesticides, d’herbicides. Les animaux d’élevage nourris de ces produits, souffrent également. Ce n’est pas grave puisqu’on peut les soigner avec des antibiotiques, des adjuvants et de toute façon ils ne vivent pas bien longtemps… Nous en sommes là.

Le constat c’est que nos aliments sont tellement appauvris en éléments nutritifs, que nous devons consommer des pilules pour compenser cette perte de nutriments. Mais ils véhiculent également tant de produits toxiques avec eux, (métaux lourds, pesticides, hormones pour les animaux, vaccins, antibiotiques etc) que nos corps souffrent et la planète craque.

SE NOURRIR SAINEMENT DEVIENT À PRÉSENT UN VRAI PARCOURS DU COMBATTANT!

Il y a cette fameuse expression de Pierre Rabhi qui  nous dit qu’avant de passer à table on disait bon appétit, aujourd’hui on dit bonne chance !

Pourquoi je vous dis ça ?

Parce que les hommes modernes possèdent une copie des mêmes gènes que nos ancêtres de Cro-Magnon d’il y a 100 000 ans.

Nous existons depuis à peu près 6 millions d’années (Toumaï étant le témoin de cette réalité) et nous avons donc su nous adapter aux différents climats, aux prédateurs, aux infections, aux épidémies, et aux autres hommes…

Cela ne fait que 600 générations que l’homme est devenu sédentaire et a commencé à cultiver les céréales. La révolution industrielle, qui n’a que 10 générations, a complètement changé nos modes de culture. Elle a éliminé des écosystèmes entiers, elle a anéanti de nombreuses espèces et condamné nos prairies. Et depuis 3 générations, c’est-à-dire moins de 100 ans, rien ne va plus ! Pourquoi ce matériel génétique identique qui s’exprimait chez nos ancêtres par une santé solide, un corps musclé et mince, donne-t-il maintenant des hommes malades et obèses?

Les maladies rares sont devenues émergentes. Nous sommes de plus en plus gros. Et si nous ne faisons rien, l’obésité, le diabète, le cancer, seront les 3 fléaux pouvant détruire l’humanité.

De nombreuses théories se basant sur un soi disant savoir instinctif, foisonnent depuis des décennies. Pour ma part, j’ai consacré des dizaines d’années à explorer des alternatives alimentaires, dites nouvelles: j’ai été végétalienne pendant 3 ans (que des produits végétaux, aucun produit ou sous-produits animaux) et ce régime a attaqué mes dents et ma vitalité. Comme j’aimais les animaux, j’ai tenté le végétarisme mais ne sachant pas que j’étais intolérante au gluten et aux produits laitiers cela ne m’a pas convenu. J’ai fait tous les régimes qui passaient, et j’ai fini par constater une chose incroyable 

JAMAIS L'HOMME N'A ÉTÉ FAIT POUR SE NOURRIR DE CÉRÉALES !
NOUS AVONS TOUJOURS ÉTÉ DES CHASSEURS, PÊCHEURS, CUEILLEURS.

Nous avons été programmés pour être actifs, capables d’une activité intense avec un cerveau gourmand en énergie et du fait de notre mobilité, nous sommes programmés pour nous déplacer afin d’accéder à une grande variété de plantes comestibles saisonnières.

La variété des aliments est donc fondamentale pour entretenir notre bonne santé.

Aujourd’hui, non seulement nous sommes sédentaires, assis derrière un ordinateur, au volant de notre voiture ou sur notre canapé devant la télévision, mais en plus, nous sommes des pousseurs de caddie pour aller chercher notre nourriture, dont la variété tient plus de l’emballage, que de ce qu’il y a à l’intérieur qui est en général, toujours la même chose…

LA PREMIÈRE RÈGLE CE SERA DE MANGER MOINS ET BOUGER PLUS.

10 / 12 / 2014

Sur le même sujet
--