La Charte du Vitaliseur

C’est un vrai défi qu’affrontent au quotidien les petits producteurs de la biodiversité cultivée, la monoculture et les élevages intensifs même bio envahissent l’espace et les standards de l’industrialisation alimentaire se généralisent comme une fatalité. Il nous parait utile de défendre des producteurs, des éleveurs dont l’exigence est de proposer des aliments «propres, justes et bons». L’Europe vient d’établir une nouvelle charte bio, adoptée par tous les pays, moins exigeante, flou, adaptée au productivisme. Il nous semble important de reprendre la vision de fondamentaux de la culture biologique et durable, avec des exigences qualitatives sur les modes culturaux, le rapport et les soins aux animaux. Une charte de bonne pratique est nécessaire pour accompagner une transition durable vers une agriculture qui ait du sens et renverser la tendance des pertes de valeur éthique.

Éléments fort de cette charte : nous soutenons un modèle de fermes et ateliers de transformation à échelle humaine. Nous nous engageons en faveur des circuits courts de vente de proximité qui limitent les pollutions liées aux transports et favorisent le dialogue avec les consommateurs.

RESPECTER L'ENSEMBLE DES VALEURS D'UNE CONSOMMATION RESPONSABLE

Pour préserver la terre de ses ressources naturelles, notre vision est de limiter la fabrication du Vitaliseur. Cette décision vise à rassembler l’ensemble des valeurs d’une consommation responsable.

Pour une agriculture paysanne respectant les équilibres naturels : à commencer par la préservation des sols. Le sol ne doit pas être utilisé comme un simple support sans souci de son caractère vivant et de son équilibre biologique : apport constant de matière organique (compost), bois raméal fragmenté BRF, complémentarité des polycultures et élevage : flux de matières organiques. La biodiversité implique la gestion et la valorisation des variétés de légumes et de fruits locaux, de races anciennes d’animaux, cultivés ou élevés pour leur goût, leur résistance aux maladies, peu consommatrices d’eau, adaptés à chaque terroir. Nous refusons les plants OGM : qu’ils soient obtenus par transgenèse, issus de mutation par irradiation ou stress chimique, par fusion cellulaire. Nous préconisons des traitements avec des produits phytosanitaires Bio, avec une préférence pour des huiles essentielles, en sachant que l’état de santé pour des végétaux et des arbres fruitiers est conditionné par la vie du sol (micro-organismes, minéraux).

Avoir en permanence le souci des impacts environnement, l’eau, les êtres vivants (les abeilles). Nous nous engageons à défendre le bien-être animal en prenant compte de ses besoins physiologiques et comportementaux, avec une alimentation le plus proche possible de son milieu naturel (pâturage) sans pesticide, une alimentation équilibrée et bio, sans additif de synthèse. Les soins vétérinaires doivent impérativement utiliser des produits bio (homéopathie, huiles essentielles).

L’exploitation agricole doit elle aussi être en cohérence avec l’éthique des méthodes de culture ou d’élevage. Elle forme un tout, elle aussi vivante. Les bâtiments construits avec des matériaux sains, recycler les déchets, gérer les intrants. Constituer une unité de vie autonome en harmonie avec son milieu.

Carnet de santé

  • Recevez notre gazette santé chaque semaine

  • vidéo recette sans gluten
  • 95° votre référence santé ! Tagliatelles de courgettes

  • Pub Vitaliseur
  • FacebookTwitterTumblrPinterest GooglePlusInstagram
  • Je partage cette information avec mes amis