Lettre ouverte au Professeur Joyeux

Tout comme moi, si vous êtes connectés à Internet, vous avez dû apprendre que le professeur Joyeux avait été radié de la médecine par le Conseil de l’Ordre. Vous avez été nombreux à vous manifester en sa faveur, tous les médias prônant une meilleure santé se sont manifestés, que ce soit Augustin de Livois avec sa lettre de L’IPSN, la lettre de Jean-Marc Dupuis, Prévention Santé avec Déborah Donnier, Alexandre Imbert dans sa lettre d’Alternative Santé, Thierry Souccar dans sa newsletter de lanutrition.fr, Marco Pietteur via son blog Medicatrix et j’en oublie certainement d’autres.

Professseur Henri Joyeux

Je ne vais donc pas aborder l’aspect vaccin, aluminium ou autres… Nous sommes tous d’accord que les adjuvants sont toxiques et que la vaccination devrait être individualisée selon nos prédispositions génétiques et notre microbiote.

Apparemment, en France, seule la médecine de masse est valable pour le Conseil de l’Ordre et la H A S (Haute autorité sanitaire). Il n’y a qu’en France qu’autant de vaccins soient obligatoires.

Si je prends la plume aujourd’hui, c’est que j’ai failli perdre mon fils il y a 35 ans d’une pneumopathie virale, déclenchée le lendemain du vaccin du BCG. À l’époque, j’offrais mon enfant aux mains du médecin en toute confiance sans aucune hésitation. Ces erreurs m’ont amenées à me renseigner, à me cultiver, à me prendre en charge, bref, à ne plus faire une confiance aveugle à la médecine.
J’ai rencontré le professeur Joyeux dans les années 1980 avec André Cocard. C’était un rare médecin, cancérologue, chirurgien, professeur d’Université, à comprendre le lien qu’il y avait entre la nutrition et notre bonne ou mauvaise santé. Nous avons cheminé chacun de notre côté, moi avec le docteur Kousmine dans un premier temps, Henri joyeux et sa femme Christine de leur côté donnaient même des cours de cuisine à la vapeur pour montrer comment changer d’alimentation et cuisiner sainement.
Nous vivons une drôle d’époque. Nonobstant l’actualité dramatique de ces derniers jours, sous prétexte que « les vaccins, ça ne se discute pas », on laisse des dizaines de milliers de personnes souffrir d’une façon chronique, sans solution pour elles, déclencher des maladies auto-immunes incurables, développer des syndromes bizarres comme la fibromyalgie, la maladie de Lyme, des allergies, quand ce n’est pas l’autisme et les problèmes neurologiques chez les enfants…
Il est temps de révolutionner la médecine et de remettre à plat toutes les études. En effet, les anciens médecins vont devoir s’actualiser et revenir vers une médecine de terrain. Pourquoi ? Car nous avons découvert que nous avons plus de bactéries dans notre intestin, on l’appelle le microbiote, et que ce microbiote a des centaines de milliers de gènes alors que notre ADN n’en contient que quelques dizaines de milliers! Nous allons devoir revenir aux fondamentaux.
Hippocrate le clamait déjà il y a 2000 ans : « que ton aliment soit ton médicament! »

Professeur Henri Joyeux, nous sommes de tout cœur avec vous et nous soutiendrons votre action avec les outils modernes, que sont Internet et les téléphones portables.
Qu’au moins les nuisances qu’ils occasionnent sur notre physique servent à quelque chose!
Avec tout notre respect et notre considération pour votre courage.

 

Pour signer la pétition, rendez-vous ici :
http://petitions.ipsn.eu/penurie-vaccin-dt-polio/index.php

 

Marion Kaplan

 

Carnet de santé

  • Recevez notre gazette santé chaque semaine

  • Pub Vitaliseur
  • Je partage cette information avec mes amis