Le régime sans gluten

« Mais, alors, il ne me reste plus rien à manger ? »

Quand on supprime le gluten, on doit alors éviter tous les pains, les pâtes, les pizzas, les pâtisseries, mais aussi toutes les préparations industrielles en contenant (surimi, potages etc.). Peut-être êtes-vous en train de penser : « mais, alors, il ne me reste plus rien à manger! » Que faites-vous de toutes les viandes, tous les légumes, tous les poissons, tous les fruits, tous les oléagineux, toutes les légumineuses et toutes les autres céréales comme le riz, le quinoa, le millet, le sarrasin, le manioc et la châtaigne. Si vous aviez donc cru qu’il ne vous restait pas grand-chose à manger, vous mangez certainement toujours la même chose et vous avez des chances d’avoir ces intolérances alimentaires !

Si néanmoins vous n’obteniez pas les résultats escomptés, vous avez peut-être d’autres intolérances alimentaires. Pour cela vous devrez faire un test sanguin.
 Il faudra éliminer le gluten pendant une période limitée (de 3 mois à 2 ans) couplée au principe de rotation des aliments sur un cycle de 4 à 5 jours. Ce principe de rotation permet de varier son alimentation évitant ainsi la cause première des intolérances : la monotonie alimentaire. Cela permet d’obtenir des effets thérapeutiques dans un bon nombre de pathologies chroniques.

A qui s'adresse le régime sans gluten ?

Dans un premier temps, vous devrez être rigoureux sur l’éviction totale du blé, du seigle, de l’avoine et de l’orge, mais aussi du kamut et de l’épeautre…

Testez votre intolérance

Ce qu’il faut savoir avant de commencer son régime sans gluten

Il consiste à une exclusion préliminaire de tous les aliments qui contiennent du gluten : cette période d’exclusion doit durer de 2 à 24 mois suivant l’intensité de l’intolérance ceci pour permettre à l’intestin grêle de s’assainir et de cicatriser en n’étant plus sollicité par ces aliments.

Après cette phase de « drainage », il est possible de réintroduire les aliments exclus tout en respectant le principe de rotation : les aliments consommés lors d’un repas mettent de trois à quatre jours pour parcourir le tube digestif. L’alimentation alternée impose de ne manger que tous les cinq jours les mêmes aliments pour éviter le développement de nouvelles intolérances et accélérer la régression de celles qui sont présentes.

Mais même si vous n’êtes pas intolérant au gluten, les exclure pendant au moins un mois permettra à votre corps de se « désencrasser » et de mieux fonctionner. Alors, pourquoi ne pas essayer?

Cette nouvelle nutrition commence à interpeller de nombreux médecins qui l’ont baptisée « l’Immunonutrition ». Les résultats sont tellement spectaculaires qu’ils intéressent maintenant des psychiatres, des neurologues, des rhumatologues etc. Mais il y a un long chemin à parcourir avant que la médecine classique veuille bien un jour accepter le fait que « l’aliment est notre meilleur médicament ! »

Le saviez-vous ?

La perte de poids est souvent significative

Éliminer le gluten et la caséine permet de lutter contre diverses maladies de nature inflammatoire mais aussi de perdre du poids si besoin est sans effet Yo-Yo : si on exclut totalement ces aliments, il y a une meilleure utilisation de l’énergie. La perte de poids est significative car l’organisme fonctionne mieux. J’ai pu observer des pertes de 3 à 20 kilos sans effort particulier en mangeant à sa faim les aliments auxquels on a droit dans la limite d’une bonne hygiène de vie. La nutrition respectueuse de son système immu- nitaire n’est pas un régime. C’est tout simplement un changement d’alimentation.

Démarrer son régime sans gluten

Sans gluten

Cliquez ici !

Carnet de santé

  • Recevez notre gazette santé chaque semaine

  • vidéo recette sans gluten
  • 95° votre référence santé ! Tagliatelles de courgettes

  • Pub Vitaliseur
  • FacebookTwitterTumblrPinterest GooglePlusInstagram
  • Je partage cette information avec mes amis