Comment faire un bébé en pleine forme ?

Comment faire un bébé en pleine forme ?

Il y a plus de deux générations, on ne se posait pas la question si notre enfant allait avoir des problèmes de santé. Seules quelques familles étaient touchées par cela.

Que s’est-il passé ?

Vous qui me suivez, vous avez compris l’importance de l’alimentation pour être en bonne santé ou bien la retrouver.

La conception d’un enfant nous demande encore plus de vigilance. Que vous soyez grand-mère ou futures mères, cela vous concerne toutes.

 

Si j’avais su il y a 38 ans quand j’ai conçu mes enfants, cela m’aurait épargné des nuits blanches, des problèmes de santé pour lui comme moi, j’aurais retrouvé la forme plus rapidement et je me serais épargné les crises d’asthme, les diabolos dans les oreilles, les rhinites, les otites, les crises d’appendicite et tout le cortège de maladies qu’on pourrait si bien éviter ! A l’époque, je ne mangeais pas de poisson. Je n’aimais pas ça. Je n’aimais que les pâtes, les crêpes et pâtisseries, les hachis Parmentier, et à l’occasion un peu de salade, des poireaux et des carottes.

Le matin je mangeais un bon Muesli (bio quand même pour la bonne conscience) avec du fromage blanc 0 %, et le week-end je courais tout Paris pour trouver les meilleurs croissants au beurre que je trempais délicieusement dans mon café sucré.

Résultat ? Surpoids, dépression, boutons d’acné, fatigue, angine, gros problèmes digestifs et de transit…

J’avais pourtant fait l’expérience pendant trois ans du végétalisme, ce qu’on appelle aujourd’hui les « vegans » Cela s’est soldé par une chute de tension en dessous de huit, des dents qui, au bout de ces trois années, se sont mises à bouger avec en prime des caries de collet qui m’ont valu de détester les dentistes tant ils m’ont fait souffrir.

J’ai donc repris mes « bonnes vieilles habitudes » alimentaires qui allaient m’entraîner vers de nombreux problèmes de santé (maladie de Crohn etc.) .

Je me suis donc mise en chemin après mon accouchement.

 

Si j’avais su… n’avez-vous jamais entendu cette phrase ? Et si vous faisiez confiance aux anciens qui, en vieillissant, ont acquis de l’expérience ?

C’est vrai que chaque régénération renouvelle les mêmes erreurs. Cependant aujourd’hui vous n’avez plus le temps. Tout s’est accéléré depuis la deuxième guerre mondiale. Les monocultures, les pesticides, les engrais, la chimie, la surpopulation sont en train de dévaster notre planète, de nous fragiliser, et d’entraîner un boom de maladies auto-immunes, de cancers, d’allergies et tout le cortège de ces maladies émergentes. La préoccupation aujourd’hui est l’accélération de cette destruction. De nombreux scientifiques sonnent l’alerte et pourtant nous ne faisons pas grand-chose pour que cela change. Notre alimentation a gagné en diversité surtout industrielle et a perdu en qualité. L’industrie agroalimentaire collectionne les fraudes et les scandales, les agriculteurs bios font toujours partie des « bobos écolos » quoi qu’il semblerait qu’il y ait un timide changement aujourd’hui.

 

Comme dirait Pierre Weill, notre terre se meurt et nous n’allons pas mieux.

J’ai donc décidé de commencer par le commencement, c’est-à-dire la conception et la naissance.

Sans entrer dans tous les détails, dans les semaines qui viennent je vais vous révéler les principales règles nutritionnelles pour concevoir un bébé en pleine forme, calme, concentré, faisant bien ses nuits rapidement, les caprices étant d’un autre ressort que je laisse aux psychologues.

 

Importance primordiale des omégas 3

 

Tout le monde a entendu parler des omégas 3. Cependant on a tendance à mélanger les omégas 3 d’origine végétale et ceux d’origine animale.

Si vous voulez concevoir un enfant avec un bon Q.I. mais aussi un bon QE c’est-à-dire un coefficient émotionnel stable, ayant une belle capacité de mémorisation et de concentration, avec une capacité d’empathie et de relations, vous devez consommer des aliments riches en acide docosahexaenoique , c’est à dire le fameux DHA.

Pendant la grossesse votre corps et le fœtus vont consommer beaucoup plus d’oméga 3 qu’à l’ordinaire. Il faut trois ans à une femme pour récupérer son statut d’oméga 3 d’avant la grossesse. Vous imaginez les femmes qui ont des grossesses à répétition et qui n’ont pas forcément un statut financier pouvant leur permettre de prendre des compléments alimentaires !

Pourtant c’est dans les premiers mois que vous allez construire les murs porteurs de votre futur enfant. Sa destinée biologique en dépend. Si vous détestez le poisson, les sardines et que vous consommez une alimentation moderne, riche en céréales et en produits transformés, les capacités du cerveau de votre futur enfant risquent d’en être gravement affecté.

Des études ont démontré qu’une carence en omégas 3 de type DHA va influencer le pronostic de la grossesse. Les personnes faisant des fausses couches à répétition devraient impérativement se supplémenter.

On sait que certaines huiles comme l’huile de colza, l’huile de noix, l’huile de lin, sont riches en omégas 3. Hélas ces oméga 3 sont peu bio disponibles en période de grossesse, de convalescence, de maladie ou quand on prend de l’âge. En effet, pour être assimilés, ils doivent passer par une étape primordiale nécessitant l’activité optimale d’une enzyme appelée la Delta 6 désaturase. Cette enzyme est souvent déficiente dans les cas cités auparavant. Il faut absolument que la source des omégas 3 soit d’origine animale, c’est-à-dire qu’elle provienne des poissons gras.

La sardine est l’aliment le plus riche en oméga trois de type DHA.

 

sardines

 

Il faudrait en consommer au moins une boîte trois fois par semaine.

Sinon vous devrez vous supplémenter tous les jours, non seulement au moins neuf mois avant la grossesse espérée, puis pendant la grossesse et après l’accouchement.

D’ailleurs, Je vous conseille d’en consommer toute votre vie.

Ces omégas 3 contribuent à la fluidité de vos membranes. C’est-à-dire qu’ils permettent de bons échanges biologiques dans votre corps.

Ne dit-on pas un cerveau bien huilé ?

De plus, ils sont anti inflammatoires et contribuent à moduler votre système immunitaire.

Si vous êtes « vegan » vous risquez fortement d’être carencé. C’est votre choix. Mais si je peux vous donner un conseil, c’est de mettre de côté vos principes si vous voulez faire un beau bébé et ne pas le mettre en danger. Supplémentez vous au moins en huiles de poissons de bonnes qualité, avant, pendant et après cette période. De plus, des études ont démontré qu’une carence en DHA peut occasionner des problèmes de mémoire, d’apprentissage, jusqu’à la maladie d’Alzheimer. Ils ont prouvé que plus on se supplémentait tôt en huiles de poissons riches en DHA bio disponible, plus on diminuait les risques de démence et de maladie d’Alzheimer. C’est le suédois Jorn Dyerberg qui a élucidé dans les années 70 le mystère de la bonne santé des inuits et qui a découvert leur secret de vitalité et de bonne santé cardio-vasculaire : les oméga 3.

 

Pour couvrir vos besoins, vous devriez consommer 1 kg de poisson gras et demi gras par semaine. Compliqué pour ceux qui n’aiment pas le poisson. De plus, aucune législation n’oblige votre poissonnier à vous dire si son saumon, son thon ou ses maquereaux contiennent des métaux lourds ou autres joyeusetés de notre alimentation moderne ! J’ai choisi personnellement de consommer des sardines à l’huile d’olive car ces petits poissons ne contiennent pas ces toxiques et de me supplémenter avec des huiles de poissons garantis sans intrants ni métaux lourds. N’oubliez pas, que ces produits ne sont pas des médicaments mais des compléments de notre alimentation moderne carencée. Ces nutriments sont donc à prendre d’une manière constante si vous voulez couvrir vos besoins et fluidifier vos membranes si importantes dans tous les domaines de votre santé.

 

Marion Kaplan

 

Je garantis la qualité du produit Omenutrics du laboratoire Bionutrics

www.bionutrics.fr

 

Je partage cette information avec mes amis

Loading Facebook Comments ...

Laisser un commentaire

Dans la même catégorie